29 août 2009

Super5 is BACK !

Après le mail de Super5, tous les fans poussent un grand « ouf » de pureté.

En effet, on est tous très soulagés de pouvoir faire un gros f... à Vanderhoff et ses potes de Wallstreet, mais surtout d'entendre que Wattstock 2009 sera « un bon Wattstock à l'ancienne, avec vous, nos fans de toujours » comme l'annonce le groupe de légende. Yeah !

En bonus, Super5 nous a fait parvenir ce petit cadeau : une photo de la nouvelle caisse avec laquelle le groupe assure actuellement ses tournées.


Aura-t-on la chance de la voir sur Wattstock 2009 - face B ?

26 août 2009

Vanderhoff sur radio WPIG Aurora


Super5, version tektonik
(on ne pensait pas devoir écrire ça un jour…)

C'est sorti hier midi sur les ondes : Vanderhoff produira un album de remixes tektoniks des morceaux de Super5. Une annonce qui en réjouit plus d'un puisque l'action de la société a pris 15 points dans l'heure suivante, et c'est peut-être là le seul objectif de l'opération. Après « direct from zion », Vanderhoff commet maintenant l'impardonnable.

De nombreux fans ont demandé le remboursement des billets déjà achetés pour Wattstock. Nous-mêmes au fan-club de Super5 prenons position pour dire que... que... que ça fait vraiment chier ! On essaie de contacter le groupe depuis trois semaines pour obtenir des explications, mais en vain. Si quelqu'un a des infos, on est bien évidemment preneur.

Quant au nouveau projet de Super5 qui devrait être révélé lors de Wattstock (le projet « Galette »), on l'attend avec de plus en plus de scepticisme si c'est encore Vanderhoff qui chapeaute l'opération. Espérons que le groupe aura su (pu ?) prendre ses distances pour nous concocter sereinement un vrai truc forgé dans les flammes de l'enfer.

(illustration : © Vanderhoff Production® - Tous droits réservés)

19 août 2009

Toi-même tu sais

Vanderhoff parlait de « nouvelles pistes » pour Super5, disait « vouloir prendre des risques dans une production musicale de plus en plus plate ». Et bien on dirait que les producteurs s'aventurent hors des sentiers battus, c'est le moins que l'on puisse dire !
Ils nous sortent aujourd'hui un album ragga « direct from zion » : les meilleurs titres de Super5 remixés sur des arrangements « dignes de Babylone, dja dja » selon le communiqué de presse (non, on ne déconne pas).

Le visuel de « Super5 - direct from zion »

Le genre d'initiative (certainement non cautionnée par Super5, mais pourquoi restent-ils silencieux ??!?) qui alimente les commentaires des fans déjà exaspérés par la débauche de pognon et par l'orientation déraisonnée - certains diraient « à chier » - prise par Vanderhoff pour Wattstock 2009.

(illustration : © Vanderhoff Production® - Tous droits réservés)

16 août 2009

Vanderhoff remet le couvert

Autant ça avait l'air de schlinguer un peu lors du premier communiqué, autant là, sérieux, ça pue la merde et on ne comprend plus le truc (1). Il ne manque plus que Monsanto et FunRadio dans la liste des sponsors pour que la fête soit parfaite !

Wattstock était jusqu'à présent la Mecque des rockeurs. Mais là franchement... D'autant plus que lors de la soirée, une des scènes accueillera la finale de « American idol » (?!!!). Certainement une tentative de Vanderhoff Prod. pour s'assurer le succès de Wattstock, sauf que la renommée de ce festival n'est plus à faire !

Super5 ne s'est pas prononcé à ce sujet. Le groupe est d'ailleurs muet depuis les premières annonces de Vanderhoff, probablement en studio pour le bouclage du fameux projet « Galette ».

Quoi qu'il en soit, le constat est là : Vanderhoff a fait une annonce qui freinera certainement plus d'un fan ; on assiste à un sérieux tournant dans l'histoire de Wattstock ; et - ça fait mal au cœur de le dire mais soyons lucides - toute cette chienlit entache l'image de Super5.

(1) La seconde newsletter diffusée par Vanderhoff Prod. pour Wattstock 2009.

13 août 2009

Teasing chez Vanderhoff

Il semblerait que Vanderhoff Production prépare une annonce car depuis quelques heures, on peut voir cette image sur la page d'accueil de leur site :


Un teasing à rapprocher de l'interview du porte-parole de Vanderhoff dans « Rolling Stone » la semaine dernière :

« Nous sommes très flattés aujourd'hui de pouvoir organiser WattStock. L'évènement mérite d'être à plus grande échelle. C'est dans cette optique que nous sommes allés vers les Super5, avec l'envie et l'idée de nouvelles pistes pour le groupe. Nous avons étroitement travaillé avec eux, en studio et au bar (rires), pour vous concocter quelques bonnes surprises. Nous comptons dévoiler un premier projet le 19 août et puis d'autres viendront.
Il va sans dire que nous ne voulons pas éclipser l'annonce qu'ils vont faire à WattStock : c'est un projet énorme. Mais nous étions si impatients de révéler aux fans d'aujourd'hui et de demain l'éventail du prod... champ d'action de Super5 ! »

Flippant.

(illustration : © Vanderhoff Production® - Tous droits réservés)

7 août 2009

Vanderhoff balance des goodies

Vanderhoff continue la promo de Wattstock 2009 avec une série de goodies. Ça reste fidèle au visuel mis en place depuis dix jours par la boîte de production que les fans de Super5 nomment déjà « le fonds de pension du rock ».

L'un des goodies diffusés par Vanderhoff Production

(illustration : © Vanderhoff Production® - Tous droits réservés)

5 août 2009

Une petite de plus sur Vanderhoff

En continuant les recherches sur Vanderhoff, je suis tombé sur cette anecdote :

« [...] en feu, enfermés dans un placard. Super5, désormais à cours de maison de disque, retourne aux sources et re-signe avec le label de la première époque, Rockiaa records, faisant ainsi table rase du passé.

En 2002, la petite boite de prod fait l'ascension la plus phénoménale recensée à ce jour : la sortie de l'album "Ça gratte" la propulse dans le top 10 des majors en moins d'un an. C'est ce qui d'après moi mit la puce à l'oreille de Vanderhoff qui commence le harcèlement. À compter de ce jour, Rockiaa records ne passe plus une seule journée sans que Vanderhoff ne propose une meilleure offre pour l'acquisition du groupe Super5. Vanderhoff tente même d'aguicher directement le groupe de légende en offrant "bagnoles, came et - putain les gars ! - assez de pognon sur cette terre pour que votre bite ne se lève pas un seul jour de votre vie sans un bain de bouche." Mais les rockeurs font bloc, bien décidés à ne pas faire faux bon à Rockiaa records, la major qui les a vus naitre. La traque dure ainsi plus de quatorze mois. Jusqu'au jour où Steven Vanderhoff vient personnellement des States pour faire une ultime proposition. Après avoir pris connaissance du montant de l'enveloppe, Jéremiah Rockiaa se contente d'un simple sms : "dsl lé mek jve kmon goss fass des étud".
Super5 commençait à connaître le refrain.

Vanderhoff a visiblement tenu ses promesses. Le groupe ne manque de rien. Mais le sens aigu des affaires du producteur risque un jour de gangrener Super5. Chose rassurante, celui-ci garde encore un contrôle total sur son festival Wattstock. Mais jusqu'à quand ? » (1)

Sans commentaire.

(1) « L'anthologie du Rock », Antony Morrane, Médiator édition, 2008, Tome V, p. 164.

3 août 2009

Vanderhoff Production : le bizz avant tout

Nous voilà exactement à 40 jours de Wattstock. L'occasion de faire un petit topo sur Vanderhoff Production, la boîte qui organise la tournée américaine de Super5 et qui a choisi d'orienter de manière assez mercantile le plus gros festival Rock de l'année.
Bref historique déniché dans le « Bourse et réussite magazine » n°7386 de mars 1996 :

« Steven Vanderhoff commence sa carrière à l'âge de 16 ans. Il a compris qu'un bon moyen de réussir dans le business est de se placer comme intermédiaire entre un truc qui rapporte et les clients. Il s'installe donc tout naturellement comme vendeur de places de restaurant. Avec ses premiers sous, il s'offre son premier véhicule : un Hummer. Il a tout juste 17 ans.

C'est en allant faire ses courses chez Walmart qu'une idée va véritablement lancer sa carrière : vendre des "dé-sonorisateurs" à l'entrée des supermarchés pour les clients qui ne voudraient pas écouter de musique dans les rayons. Réussite totale pour les "boules caisses" si bien que, trois ans plus tard, Vanderhoff revend la start-up qui deviendra celle qu'on connait.

Fort de son succès, il décide un virage à 180° : la musique du coté création. Or il n'y connait rien, si ce n'est que "plus les basses sont fortes, plus on est sûr que ça s'entend". L'obstacle qu'il avait à l'époque des "boules caisses" devient sa force ! Vanderhoff s'entoure alors des meilleurs professionnels. Sa recette : "une belle peau, un décolté, une maitrise totale du produit". Débuts sur les chapeaux de roues pour la société Vanderhoff Production (parfois appelée "Vanderhoff Prod." dans le milieu). Le dirigeant agit en visionnaire : ce seront "chili chik chicks", "Vincent Paradis", "Daniella Riviera" ou encore "Les Sonneuses de Cloche", toutes en première place des charts.

Le génial Vanderhoff ne s'arrête pas là. Il bouleverse les habitudes de la profession avec la cotation en bourse de ses groupes. Dans le même temps, il limite les risques financiers par la diversification de ses activités (communication, agroalimentaire, jeux en ligne, pornographie...).

À 38 ans, le self made man de Sunydale peut être fier de son parcours. [...] »

Nous tentons de trouver d'autres articles plus récents. Mais déjà, cette bio (qui nous rappelle ce bon vieux morceau des 90's) permet de mieux imaginer ce qui nous attend pour Wattstock 2009.