30 octobre 2010

Super5repuS


« POF n°87 OTO » de Fabrice Hyber (photo : Marc Domage) - Tous droits réservés

8 octobre 2010

Un phénomène inexpliqué (enfin, pas pour tout le monde...)

C'est à la mi-septembre que le quotidien Новиот детективски a rapporté les faits, dont voici la traduction (parce que direct en macédonien, ce serait un peu chaud) :

« Il est une église au fin fond du massif des Dinarides. Le batîment ne paie pas de mine : un extérieur vétuste et des abords froids. C'est sur ces lieux mystiques et emplis d'un puissant magnétisme religieux qu'est survenu un phénomène auparavant jamais observé.
Au matin du 9 septembre 2010, Трајко Наум, jardinier de son état, entre dans l'église qu'il connait tant et dans laquelle il travaille depuis tout juste 73 ans. Il décrit cette journée comme "ayant un parfum de changement". Alors qu'il s'avance dans le chœur, il entend une mélodie qui résonne dans les pierres, le genre d'air qui vous reste dans la tête. Cherchant son origine, il se met à fureter dans les travées. C'est alors que son regard tombe, intrigué, sur l'icône du Christ :

"Je n'ai pas su tout de suite ce qui avait changé. On en a discuté avec mon collègue Борис et il semblerait que ce soit la moustache...".
Pour le docteur Darcq, magnéto-LoLantologue à l'université de Louvain-la-Grosse, c'est une évidence : "Les vibrations observées la veille au soir un peu partout sur Terre ont pu faire pivoter des pigments du tableau. Certains pigments sont plus fragiles que d'autres. Rien d'extraordinaire." Tous les avis sont pourtant loin d'être aussi tranchés : "Cette histoire mérite qu'on poursuive les recherches", explique Ichka Bogdanal. "Des tests plus approfondis sont en cours. Ce qui est déjà certain, c'est qu'il n'y a pas écrit 'le clos du Rock' sur ce livre."
Jusqu'aux plus hauts niveaux du pouvoir, les réactions ne manquent pas. Le pape Benoît XVI aurait ainsi déclaré en off : "Autant j'étais influençable quand j'étais ado, autant je ne veux pas croire que le concert de deux péquenots ait pu provoquer un truc pareil !" De son côté, Christine Broutin estime que "les caricatures de Mahomet, cela m'était bien égal. Mais le Christ faisant les cornes du diable, quel blasphème ! Encore ce satané death metal qui pervertit nos jeunes !" »