6 novembre 2011

Le Rock avant tout, le Théâtre après toi

Nous nous permettons un petit intermède dans notre compte-rendu sur Wattstock 2011 pour aller faire un tour du côté de la presse, qui est revenue (et revient) abondamment sur l'évènement. Parmi les milliers d'articles publiés, un paru dans le numéro d'octobre de Rodandas Piedras a tout particulièrement retenu notre attention.
C'est signé Melvin El Pubis.

Le Rock avant tout, le Théâtre après toi


SuperCinq, le fameux et fumeux groupe de L'Union et de Thuirs-la-Rock innove avec une comédie musicale sans musique ni comédie.

Jamais salle de théâtre ne fut aussi enfumée. Jamais un concert de Rock ne finit dans une ambiance aussi trouble. SuperCinq, ce samedi 3 septembre, a écrit une fois de plus une page de sa légende avant même d'avoir conquis de nouveaux fans. Ce groupe mi-suédois, mi-new-yorkais et mi-aixois, et trois fois complètement barré, a franchi toutes les frontières de la création et les limites de l'art. Car l'art de SuperCinq, c'est de ne pas avoir de limites.

Tout commence quand SuperCinq, l'un des membres de SuperCinq, sort l'apparat des grands soirs : sa cravate de soie bleue qui se met au niveau du Fil à Plomb. Ce théâtre fut la scène d'une nouvelle expérience : une pièce en 8 actes autogérée, autoproduite qui devient au fil des minutes une prophétie autoréalisatrice. Nul besoin de disque pour comprendre SuperCinq. Aucun vinyle nécessaire. Zéro mp3. Leur seule bande originale, c'est l'histoire du Rock, qui défile tambour battant dès que retentissent les trois coups. On prend alors toute la mesure de SuperCinq. Ces apôtres de la gratte en plastique astiquèrent les plus rockeurs qu'ils côtoyèrent tous. Elvis fut éberlué par leurs paillettes. Un Kurt Cobain plein de vie adora leur suicide qu'ils offrirent en live. PJ Harvey jalousa leurs talons aiguilles. AC/DC vola une de leur jupe, à défaut d'obtenir un de leur soutien gorge. Et Sarkozy copia leur art du story telling. Car si SuperCinq n'a jamais eu de plan de carrière, SuperCinq n'a cessé de fabriquer sa légende.

C'est tout cela que raconte « SuperCinq, une vie dantesque », la plus grande pièce de théâtre sans musique d'un groupe de Rock qui brille de ses mille fans.
Melvin El Pubis
Journaliste à Rodandas Piedras

30 octobre 2011

Wattstock 2011 ou quand la Super-chérie est démasquée

Que pouvions-nous rêver de mieux ? Des fans survoltés, un lieu magique, l'annonce d'un nouveau projet à la frontière du Théâtre et du Rock : ce Wattstock 2011 s’annonçait grand. Et il le fut.

C'est en ce samedi 3 septembre que nous nous sommes tous retrouvés au Théâtre du Fil à Plomb, écrin sacré qui accueillait en son sein le plus gros évènement de l'année sur la planète Rock : Wattstock. Philémon de Fer, le maitre des lieux, nous réserva un accueil CMB. Il affichait un enthousiasme débordant, cherchant probablement à masquer son trac. Et on le comprend : ce n'est pas tous les jours que Super5 investissent son théâtre.

Un théâtre : en voilà un endroit saugrenu pour Wattstock. Nos héros nous ont plutôt habitué à des stadiums pleins à craquer, voire la Lune ! Cette fois-ci, ils ont voulu nous transporter vers de nouveaux territoires. Les planches d'un théâtre comme air de jeu, telle était le mojo de cette soirée fantastiquement nommée « Wattstock 2011 - Coup de théâtre ».

Du haut de son estrade, Philémon nous annonça le programme : ce soir, en exclusivité, la toute première représentation de « Super5, une vie dantesque », le nouveau projet autobiographique de Super5 !

La lumière pouvait maintenant se baisser, le public scander le nom de ses idoles, la température monter de 17°C, le bon gros son Rock'n'roll emplir la pièce : Super5 arrivaient. Une entrée en scène digne des plus grands shows son et lumière.

Le bassiste avait choisi un style très seventies (1) : une chemise en soie panthère surmontée d'un veston qui invite au touché, un pantalon en cuir thermoregulable, le tout coiffé du légendaire bandeau bleu. Quand au guitariste, les troubles survenus avant Wattstock avaient apparemment eu des effets collatéraux sur son tour de taille. ... Enfin nous ne sommes pas tout à fait surs, parce qu'agglutinés dans le public et chahutés par les groupies hystériques, il nous était difficile de bien voir ce qu'il se passait sur scène. Ce qui est certain, c'est qu'il nous avait habitués à plus de gout : sa silhouette saucissonnée dans un pantalon lambda était couverte d'un pauvre t-shirt orangé.

Le bassiste prit alors la parole pour une note d'intention : « ... la pièce "Super5, une vie dantesque" écrite et jouée par Super5 ... le pont entre les arts nobles du Théâtre et la fange caustique du Rock'n'Roll ... un opéra finalement, un Opéra-Rock même ! ... ah non tiens, on n'utilisera pas cette appellation ... ». De son côté, le guitariste restait d'une étonnante discrétion (sans parler de sa démarche gauche).

Et le bassiste de conclure : « Place à "Super5, une vie dantesque", la saga retraçant de manière féerique l'ascension de Super5 vers les sommets du Mont Rock ! »



ACTE 1 : « La rencontre dans la forêt »

C'est au volant d'une Super5 année/modèle 1988 que l'histoire commence. De retour d'un concert qui envoyait du bois, nos deux Rockeurs en herbe ont des désirs d'avenir. Le bassiste reste subjugué par la prestation qu'il vient de voir. Pourra-t-il un jour atteindre une telle dextérité ? Le guitariste quant à lui a été scotché par l'ambiance : les fans, les paillettes, le spectacle total. Il se verrait bien en haut de l'affiche.
Vu du public, l'environnement s’avérait efficace : lumières dynamiques, décor jouant sur le symbolisme, écriture irréprochable. Il manquait cependant un je-ne-sais-quoi, une osmose, cette connivence qui fait la magie de Super5. Certes, tout ne pouvait pas être de sa faute mais le guitariste en était pour beaucoup. Sa voix nasillarde rendait les répliques agaçantes. Il en devenait presque une parodie de lui-même.

Le récit avance : toujours sur la route, Super5 s'enfoncent dans une forêt lugubre. La nature semble alors se lever contre eux, les éléments se déchainent. Prise dans une tornade sylvestre, la Super5 finit sa course dans les sous-bois. Les deux Rockeurs reprennent lentement conscience.
Côté salle, les murmures allaient bon train quant à l'évidente inégalité du jeu de scène.
C'est à ce moment précis que les comédiens ont été interrompus d'une manière pour le moins « vaudevillesque » : alors que nous étions tous bien calés dans nos sièges, le guitariste de Super5 a débarqué du fond de la salle ! « Je t'interdis de jouer cette pièce sans moi ! » lança-t-il au bassiste visiblement excédé, et révélant ainsi la supercherie du faux guitariste qui s'agitait sur les planches.

Un faux guitariste de Super5 sur scène
+ le vrai guitariste de Super5 qui tape un scandale
+ le bassiste qui a l'air de lui en vouloir à mort
+ un seul rouleau de papier-toilette pour 50 personnes
=
un Wattstock qui démarre à fond les ballons !

(la suite ici)

(1) Il nous confiera plus tard avoir voulu rendre un hommage appuyé à l'un de ses maitres : Jimi Hendrix.

29 août 2011

Wattstock 2011 : Deus ex machina

Ultime rebondissement dans le feuilleton de la séparation du groupe de légende : le mail reçu aujourd'hui par les fans, signé Super5 themselves, et qui réchauffe notre âme de sa lumière blanche.

Petit résumé des faits :
- mai 2011 : annonce de la séparation de Super5 ;
- le groupe ne donne ni nouvelles ni explications sur les raisons de la séparation ;
- dans un dernier élan de foi désespéré, les fans organisent eux-mêmes Wattstock.

Jusqu'à ce mail dans lequel nos Dieux descendent du ciel pour frapper les trois coups :

Wattstock 2011 - coup de théâtre !!


Super5 préparent notre pèlerinage annuel à la Mecque du Rock ! Oublié cet océan de larmes dans lequel sombraient nos cœurs de fans : nous aurons le véritable Wattstock 2011 !!

Une nouvelle page de l'histoire du Rock est sur le point d'être écrite.

17 août 2011

Y aura-t-il un Wattstock 2011 ?

C'est habituellement à cette période de l'année que Super5 contactent leurs fans pour annoncer officiellement le plus gros festival de l'année et du monde : Wattstock. Jusqu'à encore récemment, nous gardions espoir. Mais il est maintenant évident que rien ne se fera ce 3 septembre 2011.

Notre voyage parmi les fans de Super5 nous a pourtant fait comprendre que la force est avec nous. Malgré le deuil que nous portons depuis ce triste 15 mai 2011 (également nommé « 2ème big bang »), nous pouvons vous l'affirmer haut et fort : avec ou sans Super5, Wattstock il y aura !

Où, quand, comment ? On y travaille.
On a p'tet moyen d'avoir une tireuse à bière. Ce serait chouette si vous apportiez des chips. Nous sommes en négociation avec le gérant du supermarché de Pompertuzat pour avoir accès au parking entre 7h et 11h30 (on recommande des tapis de sol pour vos derrières). Un mec qui a un van pense pouvoir le garer pour faire des frites. Et pas d'inquiétude : une tonnelle en plastique de 4m² est prévue pour s'abriter en cas de mauvais temps.
Pour le son, on a regroupé toutes les enceintes de bureau du fan-club (ça fait 12 paires, soit un total de 78 dB cumulés !). Ludo viendra en appui avec le boomer de la Punto pour faire le son en stéréo.


En guise de gueststars, nous n'aurons pas moins que : une photo des Tokyo Hotel grandeur nature (merci d'avance à André qui a accepté de la sortir de sa collection perso) ; p'tet que le gars qui fait le sosie de Johnny pourra venir mais a déjà annoncé qu'il ne chantera pas, il signera juste des autographes. Et encore plein de surprises !

Vous le voyez : Wattstock 2011 s'annonce grand, s'annonce beau, s'annonce chaud comme le supermarché de Pompertuzat, ouvert du lundi au samedi, de 11h à 19h, même durant l'été.
La date reste la même, venez nombreux !

(illustration : dérivée de « Super U Bagnoles de l'Orne » © mwanasimba - CC By-NC-SA)

10 août 2011

Ils aiment Super5 : Tom & Vico

Tom & Vico, membres actifs au sein de l'Amicale des Spectateurs de Super5, nous font pénétrer dans leur fascination pour le groupe de légende. Un nouveau témoignage dans notre série qui donne la parole aux fans de Super5.


Parlez-nous de votre première fois avec Super5.
Tom : En réalité on a découvert Super5 en lisant les Inrocks. J'ai tout de suite flashé sur une photo du guitariste. [il la sort de son portefeuille] Son côté George Michael.
Vico : Non, moi je n'étais pas fan au début. Je les trouvais ridicules. Mais Tommy m'a fait du chantage alors on est allés au concert.

Et ?
Vico :
Quelle gifle ! J'ai même pleuré quand ils ont joué "Ottos Hund".
En sortant, j'ai réalisé qu'avant ça, je n'avais jamais vraiment écouté de musique.
Tom : Et puis les voir en vrai... leurs tenues moulantes ! C'était intense.

Les débuts d'une grande histoire d'amour j'imagine.
Tom : En réalité cette année-là, on a posé tous nos congés, on a pris le camping-car et on a suivi toute la tournée européenne.
Vico : Vingt-cinq concerts d'affilés : à chaque fois une claque mais on aime ça.

La séparation du groupe a dû vous en mettre un coup, non ?
Vico : C'était si dur... On l'a vraiment sentie passer.
Tom : Il a fallu qu'on serre les dents.

Vous croyez à une reformation ?
Tom : On l'espère tellement !
Vico : Mhh.

(illustration : extrait de « Brokeback Mountain » © Focus Features - Tous droits réservés)

7 août 2011

Ils aiment Super5 : les Jeunes Raëliens de France

Nouvel épisode de notre série de rencontres avec les fans de Super5 : Emile Vorilhon, président des Jeunes Raëliens de France.


Comment les Jeunes Raëliens ont reçu la nouvelle de la séparation de Super5 ?
C'est un choc astral non négligeable. Beaucoup parmi nous ont souffert de cet abandon. Mais nous avons redoublé d'efforts sur la construction de l'ambassade. Cette séparation est un signe que l'heure approche.

Vous avez eu l'occasion d'en parler avec Raël ?
Oui, bien sûr. Dès l'annonce de la séparation du groupe, Raël a tenu à organiser une semaine de séminaire sur la question. Cette retraite spirituelle à Lassolas nous a tous profondément ressourcés. En échangeant nos ressentis, nous avons pu collectivement construire un canevas cognitif et encercler les questions de nos peurs. Pour cela, Raël a souhaité récupérer tous les collectors de Super5 que nous avions. Il lui fallait opérer une longue méditation sensuelle pour vulgurer les énergies.

Et vous avez pu trouver des réponses ?
Raël les a trouvées, comme toujours. Et en même temps, c'était si évident ! Super5 étaient des Elohims venus nous délivrer un message. Leur mission achevée, ils ont simplement continué leur route.

Vous ne pensez pas qu'ils reviendront ?
Nous savons que Super5 sont une force dont l'univers a besoin. Elle trouvera peut être une autre forme ou, si elle est trop puissante, reprendra son état premier. C'est inéluctable. Les Elohims ont cette capacité de justice globale envers le cosmos.

(illustration : © Kmarinas86 - Domaine public)

4 août 2011

Ils aiment Super5 : Amy Winehouse

Il y a quelques semaines, notre périple à la rencontre des fans de Super5 nous a menés à Londres. Au détour d'un salon de coiffure de Camden Town, nous sommes tombés nez-à-nez avec... Amy Winehouse ! L'artiste n'ayant jamais caché sa fanitude pour Super5, nous lui avons bien évidemment demandé comment elle avait reçu la nouvelle de la séparation du groupe de légende.
Une interview que nous retranscrivons le cœur gros (CMB).


Alors Amy, la séparation de Super5 ? :-B) ?
Holy shit! Je ne peux pas y croire. Dans le métier, nous savons tous que Vanderhoff est un f*** de p***, mais de là à pousser le plus grand groupe de tous les temps à spliter, je ne peux pas le supporter.

Comment tu expliques la décision du groupe ?
Je ne l'explique pas, on ne peut pas tenter d'entrer dans la tête de gars aussi bons.
Ils m'ont faite, vous savez. Ma chanson "Rehab" parlait de mon addiction à Super5 : j'ai mis deux ans à en sortir et une partie de ma rédemption s'est faite quand ils m'ont rendu visite en 2008.

Super5 est un groupe qui t'a influencée ?
T'écoute pas ce que je te dis mec ?!! Rares sont les musiciens de ma génération qui peuvent prétendre ne pas être influencés par Super5. Aujourd'hui, un gars qui veut révolutionner le Rock recopie Super5. Et même s'il veut révolutionner la révolution, il est encore loin de là où ils en sont.

Ouah Amy ! C'est puissant ce que tu dis.
Ferme-la.

Non, c'est vrai. Tu... tu percutes, comme à ton habitude !
Laisse tomber mec. J'étais supposée jouer de nouvelles compo' à Wattstock 2011. Mais maintenant, à quoi bon...


Depuis la réalisation de l'interview, ces mots d'Amy Winehouse ont une saveur tout autre puisque, désormais, nous nous réveillons bien seuls.

(illustration : « Amy Winehouse » © RobotSkirts - CC By-SA)

27 juillet 2011

Ils aiment Super5 : Talia

Premier épisode de notre série de témoignages chocs : celui de Talia, 4 ans, ou quand la réalité du Rock rattrape même la candeur d'un enfant.


Alors Talia, ta réaction après la séparation de Super5 ?
Je suis triste. J'ai beaucoup pleuré dans la voiture.

Tu étais en voiture quand tu as appris la nouvelle ? Ça aurait pu être dangereux, dis-donc.
J'étais dans la voiture avec Maman. J'allais à l'école. Après, avec la maîtresse, on a chanté la chanson.

Ah oui, quelle chanson ?
Une que la maîtresse avait écrite dans le bus en venant à l'école :
Ce matin, Super5
M'a fendu le cœur.
C'était des Rockeurs qui
C'était des Rockeurs qui.
Ce matin, Super5
M'a fendu le cœur.
C'était des Rockeurs qui
Jouaient super bien.
Qu'est-ce que ça représente pour toi Super5 ?
... J'ai un tatouage de Rock sur mon bras. Comme Super5 ! Mais j'aime aussi Dora l'exploratrice.

Si tu avais un message à leur faire passer, ce serait quoi ?
Quand vous reviendrez, on fera comme si vous n'étiez pas partis. En on fera un super Wattstock, comme celui que Papa me raconte avant de m'endormir !

25 juillet 2011

Relever la tête

Après ce mois et demi d'absence, nous voilà de retour l'esprit plus clair. Comme tous les fans de Super5, il nous fallait prendre du recul après la séparation du groupe.

Ce fut d'abord plusieurs jours à la dérive, sans repères. Puis l'écoute des intégrales (encore), un pèlerinage nostalgique à Thuir-la-Rock... mais à quoi bon ? La vie valait-elle d'être vécue ?

Abattus, en compagnie d'autres pèlerins du Rock, c'est autour d'un tonneau de Byrrh© que nous avons réalisé que nous avions un pouvoir : tous réunis, nous pouvions faire perdurer la mémoire de la légende et - qui sait ? - la faire renaître par notre force combinée. Oui ! C'est ce défi que l'ensemble du fan-club de Super5 (1) s'est lancé : nous faire connaître les uns aux autres pour, ensemble, relever la tête !

Nous avons ainsi commencé une série d'interviews qui nous aura fait parcourir les millions de kilomètres que comptent les territoires du Rock. Lors de cette épopée, nous avons pu prendre la mesure des dégâts causés par la séparation du groupe de légende, mais aussi réalisé à quel point l'aura de Super5 s'imprime sur toutes les couches de la société.

Dès cette semaine, nous vous invitons donc à retrouver ici-même notre série d'interviews intitulée : "Ils aiment Super5".

(1) Soutenu vigoureusement par la CATR - Communauté Autonome de Thuir-la-Rock.

29 mai 2011

Des briques pour le Rock

La planète est encore sous le choc après l'annonce de la séparation de Super5 il y a quinze jours. Ici et là, des fans commencent pourtant à relever la tête et se mobilisent pour manifester leur amour au groupe de légende.

La dernière initiative en date nous vient des 500 plus grands réalisateurs de brickfilms. Le projet : adapter au mot prêt le désormais classique « Super5 : le roman d'une vie, une vie de folie » (1300 pages tout de même...) (1).

La société Lego, qui s'est déclarée très émue par le split du groupe, a créé pour l'occasion deux figurines très très spéciales : le guitariste et le bassiste de Super5 !



« Nous mettons une brique à l'édifice pour la reformation du groupe » a déclaré le PDG de Lego.
Avec cette sortie, la société danoise en profite pour lancer une nouvelle série de figurines intitulée « Demi-Dieux », dans laquelle on pourra trouver, entre autres : Socrate, Matt Groening, Чингис Хаан, Machiavel, Richard Stallman, ou encore Damien Gely. Rien de moins.

(1) Sortie prévue en 2037.

18 mai 2011

Vanderhoff : the show (business) must go on

Alors que nous sommes toujours dans l’incompréhension totale quant à la séparation de Super5, Vanderhoff (le producteur du groupe) a tenu hier soir une conférence de presse finalement peu surprenante. En voici un extrait :
En tant que producteur exclusif de Super5, Vanderhoff Production® est attristé d’apprendre la séparation du groupe. VP® respecte cette décision mais partage également la tristesse de tous les fans. Aussi, dans les semaines à venir, VP® prévoit la sortie de plusieurs inédits de Super5 ainsi que la sortie de deux intégrales fraichement remasterisées, l'une en Dolby 9.1, l'autre en 8 bit.

Avec cette attitude proactive, VP® tient à rassurer l’ensemble de ses partenaires commerciaux et ses investisseurs sur l’avenir de la société. VP® dispose encore de beaucoup d’enregistrements de Super5 permettant d’assurer sa pérennité financière durant les prochaines années.
Sans donner aucune information sur les musiciens, l'attaché de presse s'est ensuite contenté de faire l'agenda des compils et autres best of prévus, le summum étant sans doute le flamboyant « Super5 - Le meilleur du pire »...

Il a pour finir adressé cette phrase aux nombreux fans présents dans la salle, sur un ton très direct : « Nous ne vous laisserons pas tomber, NOUS ! ».
Sans doute une tentative pour maintenir à flot les ventes d'albums de Super5 quand on sait que Vanderhoff réalise 95% de ses bénéfices grâce aux « royal-tits » du groupe de légende (précision utile : l’action Vanderhoff Production a perdu 22 points depuis l’annonce de la scission du groupe dimanche midi). Leur tactique semble clair : nous refaire le coup des remixs pourris comme en 2009 (cf. et ).

Quant aux raisons du split de Super5, aucune info officielle. Lors de son départ, l'attaché de presse a tout de même répondu à la volée à cette ultime question :
« — Mais que s'est-il passé lors de la réunion du 13 mai ?!
— Demandez donc au bassiste de Super5 : lorsqu'on prend un coup de sang, on doit en assumer les conséquences ! »
Voici donc une nouvelle piste : une énième engueulade entre Super5 et Vanderhoff aurait pu mettre un terme à la carrière du plus grand groupe de Rock de l'histoire.

Ça donne envie de péter un truc, non ?

16 mai 2011

Gueule de bois

Pour nous tous, le réveil a été dur aujourd'hui. Non pas parce qu'un directeur du FMI est suspecté d'avoir paluché une femme de chambre, non. Tout simplement parce que le plus grand groupe de Rock de tous les temps a annoncé sa scission. Rien que ça.

Depuis hier, les réactions se multiplient : le concert de Pearl Jam initialement organisé ce soir pour l'Unicef est finalement dédié à Super5 ; Marylin Manson s'est arraché son tatouage « Wattstock my dick » avec un couteau de cuisine ; Lemmy a quant à lui balancé sur Twitter « Does Rock'n'roll exist any longer? ».

Dans la presse, on trouve de tout : « Rien ne va plus chez les Super5 », « L'étendard du Rock en berne » ou encore « C'est pas trop tôt ! ». TopBuzz nous sert une vieille interview tronquée du guitariste : « Super5, l'interview coup de genou ». Poti-Pota titre « Super5 : leur enfant caché a tout gâché ». On a même lu dans TV-H-YÉ : « Les prédictions de notre voyante : "cette annonce a bouleversé les astres. Verseau et Capricorne ont disparu. Les natifs de février et décembre seront désormais nommés 'Guitare du Super5' et 'Basse du Super5'. Attendons-nous donc à une nouvelle version des Chevaliers du Zodiac." »

Ultime coup de poignard dans Bibabeloula : « Les Rolling Stones jubilent et annoncent leur nouvel album "Dansons sur leur tombe" ».

Ce qui fait le plus mal dans tout ça est sans doute l'absence d'explication : pourquoi cette séparation, bordel ?!?!!
Une dispute entre les membres du groupe ? Tout semblait pourtant aller pour le mieux lors de leur dernière grande apparition publique à Barbeuk-Stock. Il y a moins de dix jours, Super5 auraient même bœufé avec une partie des Hydroponiks lors d'une soirée privée (c'est en tout cas ce que rapportent certains fans).
Une crise artistique ? Impossible à envisager à l'écoute du dernier album.
Une envie de prendre du recul par rapport aux médias ? Trop de pression ? Ce n'est pourtant pas le problème de Super5 qui ont toujours joliment envoyé chier la presse people (qui le leur rend bien).

Bref, beaucoup de spéculations, mais à chaque fois peu fondées...
Il faut avouer que nous avons encore du mal à recentrer nos esprits pour tirer tout ça au clair. Peut-être que le communiqué de presse de Vanderhoff prévu pour demain soir nous donnera un peu plus d'explications. D'ici là, nous sommes bien évidemment preneurs de toute info.

15 mai 2011

Super5, c'est fini


Nous avons peine à écrire ces mots, tant l'annonce faite ce midi par Rip Taylor (prénom de circonstance s'il y en a) est bouleversante : alors que nous attendions les dates définitives de la tournée estivale 2011, le manager de Super5, visiblement troublé, a déclaré que le groupe de légende a pris la décision de se séparer. Consternation totale dans l'auditoire où pas un seul journaliste n'a osé prendre la parole durant plus de 17 minutes, long silence plein de stupeur et de tristesse, finalement interrompu par ces mots de Rip Taylor : « Bon ben, je vous laisse, on dirait qu'il n'y a plus grand chose à rajouter... »

Aucune autre info ne nous est parvenue depuis. Nous vous tenons bien évidemment au courant des suites de ce qui s'annonce déjà comme l'un des plus longs deuils de l'histoire du Rock.

**** mise à jour 16h26 16/05/11 ****
Nous sommes parvenus à contacter une personne en interne chez Vanderhoff (le producteur de Super5) : ils feront une annonce publique demain à 10h (19h en France).

(illustration : « sad » © Kalexanderson - CC By-NC-SA)

11 mars 2011

En cadeau dans ce paquet

Les céréales au chocolat Blacky Balls viennent de lancer une opération plus qu'intéressante pour les fans de Super5 : un paquet sur 725 contient une carte collector à l'effigie du groupe !

Évidement, toute l'équipe du fan-club avale des Balls à la chaîne depuis le lancement de l'opération (heureusement qu'on aime ça). Et devinez ce qu'il s'est passé vendredi ?! :

Il paraît que les autres sont tout aussi classes. Nos potes du fan-club slovaque en ont même eu une lenticulaire !! Enfin on demande à voir parce que, pour voir double, ils n'ont en général pas besoin de technologies très pointues...

A raison de 4 paquets de Blacky Balls ingurgités quotidiennement par chaque membre du fan-club, on devrait avoir collecté toutes les cartes d'ici 2 mois et demi. Ça passe, non ?
(à moins que notre sang ne devienne tout choco d'ici là)

6 février 2011

Posologie du docteur Super5


(illustration : tous droits réservés)

5 janvier 2011

Le film « Super5 » (presque) annulé

Le réalisateur J. J. Abrams n'a jamais caché son envie de faire un film sur Super5. Après des discussions interminables pour savoir qui incarneraient nos légendaires musiciens (plusieurs propositions de bassiste : David Duchovny, Orlando Bloom... et de guitariste : Arnold Schwarzenegger, Jessica Simpson...) et après des milliers d'heures de négociations autour des droits, le projet se trouve désormais... avorté !!
Visiblement, Vanderhoff Production a été trop gourmand. De leur côté, Super5 sont restés inflexibles sur certains choix artistiques : « Non, non. Ce sera soit Ken Loach, soit John Carpenter. »

Quoi qu'il en soit, J. J. Abrams et ses producteurs ont déjà trop investi sur le produit pour ne pas continuer. Comme vous pouvez le constater sur cette vidéo, titre et synopsis du film ont été légèrement adaptés :


On retrouve tout de même l'essence de ce qu'aurait pu être le film, notamment dans la destruction de la porte du train, qui n'est pas sans rappeler la célèbre anecdote sur l'apparition surprise du groupe à Lollapallooza en 2006.

(vidéo : © Paramount Pictures - Tous droits réservés)